dimanche 28 décembre 2008

Noël sous les Tropiques


J'attendais avec beaucoup de curiosité de passer Noël au pays des plages de sable blanc et des cocotiers...


Le bilan, je vous le donne dès maintenant, est qu'il est très difficile de sentir "l'esprit de Noël" ici. C'est assez logique d'ailleurs. Le nombre de Thaï catholiques se compte sur les doigts d'une main - même si on les voit parfois aux grands carrefours, avec panneaux et mégaphones déclamant "Jesus est mort pour nous sauver" - ce qui rend la fête assez anecdotique et artificielle. Un peu comme Haloween chez nous.

Il y a bien quelques décorations, autour des grands magasins et hotels du centre de Bangkok... Mais c'est bien limité.

Il y a pourtant beaucoup de badauds qui viennent là pour voir les illuminations et, bien sûr car on est en asie, se faire prendre en photo devant.
Le 24, je suis allé faire des courses de dernières minutes (parce que, pour moi, c'était réellement Noël, avec Sapin, cadeaux et dîner à préparer)... c'était, dans les magasins, un jour comme les autres.
Plusieurs m'ont demandé si ma famille ne me manquait pas trop à l'occasion de ces fêtes. Hé bien pas plus qu'un autre jour, car ici, ce n'est pas vraiment un jour spécial.
En fait, c'est le Nouvel An qui sera l'occasion de véritables festivités. A l'occasion, les Thaï échangeront des cadeaux, iront faire oeuvres de charité et termineront en se saoulant fortement. Les autorités prévoient cette année un énorme contingent d'ambulances, en prévision des accidents causés par l'alcool (m'est avis qu'un peu de prévention ne ferait pas de mal, mais bon...).


Un des endroits les plus courus de Bangkok pour le réveillon de la Nouvelle Année est l'esplanade du "Central World". Chaque année, de Novembre à Janvier, à l'occasion des mois les plus secs et les moins chauds de l'année, les grandes marques de bières installent d'énormes brasseries de plein air, rivalisant par leur décors gigantesques et à coup de décibels depuis leurs scène des spectacle.
Forcément, c'est l'endroit idéal pour attendre les 12 coups de minuit, en dégustant une bière bien fraîche.
C'est probablement ce que je ferai.

Joyeux Noël et Bonne Année à tous mes fidèles lecteurs!!!

dimanche 14 décembre 2008

On ne peut pas être bon partout

Peu d'entre vous l'ignorent encore, la Thaïlande propose une cuisine savoureuse et raffinée... là où le bât blesse, cependant, c'est lorsqu'on parle de dessert.

Alors là, il n'y a plus personne. Oublié l'équilibre des parfums du basilic thaï et de la menthe, le croustillant des beignets et le fondant du Pad Thaï.

Un dessert, ici, ça ressemble à ça:

Oui: Diantre!!!
Alors les deux questions qu'on se pose lorsqu'on voit cela sont:
  • Qu'est-ce que cette chose???
  • Comment peuvent-ils commettre un tel désastre.
La réponse à la première question n'apporte que peu de réconfort. Ce dessert, que la plupart des Thaï accueillent avec une petite exclamation de joie (si si) est pour l'essentiel constitué de glace pilée, arrosée d'un sirop rose fluo, appelé "Sala" et qui n'a rien à voir avec la Grenadine, mais se rapproche plutôt de la Josacine de nos tendres années.
Là dessus, pour faire bonne mesure, ils ont rajouté des haricots rouges ayant été cuits dans du lait de coco sucré.
Le résultat, un dessert ultra sucré, au goût chimique, aux textures évoquant la neige pas fraiche et ... heu... bref. Pas génial.

Ce qui est plus intéressant, c'est d'essayer de savoir pourquoi de si bon cuisiniers peuvent se rater autant pour les desserts... et même pourquoi les bons desserts sont si rares à l'échelle de l'Asie (car ce n'est pas un cas isolé...).
J'ai d'abord fait un tour sur internet pour retrouver les origines de "notre" pâtisserie, celle avec les crèmes, les mousses, les biscuits et autres saveurs qui (vous l'aurez compris) me manquent un peu.
La patisserie telle que nous al connaissons est assez récente. Les sucreries de l'antiquité et du moyen-âge étaient assez rudimentaires. C'est en fait le développement du commerce et des colonies qui a ouvert un énorme chantier de possibilités culinaires.
Alors que l'on trouve dans l'Europe du 17ème un temps clément, permettant la culture du blé et le travail des produits laitiers en crèmes et beurre sans trop de risques sanitaires , le développement du commerce avec les Indes et les Amériques ajoute de nombreux ingrédients formidables à la panoplie: épices, café, chocolat, sucre de canne, vanille... Des ingrédients disséminés à travers le monde et concentrés en un seul point.
Autant la situation est propice à la création de la pâtisserie en Europe, autant cela reste, à l'époque, trop compliqué dans des climats tropicaux et exotiques.

Les avancées technologiques permettant de pratiquer cet art n'importe où arriveront trop tard. La cuisine asiatique s'est centrée sur les plats chauds et le salé. Laissant le sucré aux formidables fruits frais que l'on y trouve en abondance.
Ce qui semble appuyer un peu plus ma théorie, est le fait que les cuisines asiatiques proposant les desserts les plus fins sont celles du Japon, de la Corée et du nord de la Chine. Des régions aux climats bien plus tempérés...

Le malheur supplémentaire pour la Thaïlande, c'est que l'arrivée de moyens de réfrigération a été accompagnée des troupes Américaines venues utiliser le pays comme base arrière de lutte contre le communisme. Ainsi, le gâteau d'anniversaire ici aura toutes les chances d'être à l'américaine... Thématique, coloré, mais aussi insipide et affreusement sucré.

Heureusement...


Il y a des milliers de fruits délicieux.

Il y en a encore plein dont je ne vous ai pas encore parlé. Come la Grenade, par exemple. Qui a la délicieuse odeur de notre sirop de grenadine (qui, chez nous, a été recréé par un habile mélange de nos fruits rouges) et la petite acidité de la groseille.
Miam!


Mais surtout.
Il existe un dessert que je ne saurais trop conseiller aux voyageurs. Typiquement thaï, et dont l'existence à elle seule excuse toute autre hérésie sucrée... la mangue au riz collant.
Bon, le nom est pas génial, c'est seulement la traduction (et de toute façon, ici, le nom d'un plat, c'est sa description).
C'est le parfait équilibre entre le fondant de la mangue, la fermeté du riz et le craquant des petites noix, c'est un jeu de contraste en la tiédeur légèrment salée de la sauce au lait de coco et la fraîcheur sucrée du fruit.
En fait, un délice dont on ne se lasse pas... et que l'on trouve à presque tous les coins de rues pour un prix dérisoire. 


mercredi 10 décembre 2008

Rien que pour moi...

Allez voir ici:

La classe non?


... cherchez pas, je suis super pote avec Minnie.

mardi 2 décembre 2008

Tout ça pour ça...

Cet après-midi, la Cour Constitutionnelle a rendu son verdict concernant l'enquête pour fraude électorale menée à l'encontre de la coalition actuellement au pouvoir.

Comme prévu, elle a reconnu les faits comme avérés et par conséquent a dissou les 3 partis concernés et, de ce fait, destitué la plupart des membres du gouvernement, dont le premier ministre.
C'est ce que réclame le PAD depuis des mois.

Résumons les faits:
Quelques mois auparavant, le PAD occupe Governement House afin de réclamer la démission du premier ministre Samak. Celui tient bon mais est éjecté par une décision de justice parce qu'il a eu une activité rémunérée en même temps que son mandat de premier ministre.

Le remplaçant, Somchai, n'est pas de leur goût non plus. Il faut dire qu'en tant que beau-frêre de Thaksin, il a du mal à faire croire qu'il n'a aucun lien avec l'ex dirigeant abhorré par le PAD. La continuation de l'occuppation de Government House n'amène rien d'autre que des violences épisodiques à l'encontre des protestataires.
Ceux-ci finissent par aller occuper les 2 aéroports de Bangkok.

Encore une fois, la situation reste bloquée. Tous les acteurs semblent d'une incompétence rare (ou alors d'un machiavélisme très difficile à percer)... et encore une fois, la réponse vient de la justice qui, ayant suivi son cours, finit par obtenir ce que le PAD n'a pas réussi à provoquer, malgré 300 000 touristes bloqués et une catastrophe économique annoncée.

Le PAD aura beau crier victoire, ils se sont, à mon avis, tiré une balle dans le pied. Ils n'y sont pour rien dans cette destitution. Au pire ont-ils forcé la justice à accélérer le rythme, mais cette dissolution était prévue de longue date, les preuves étant accablantes.

Le résultat, c'est qu'il va falloir plus de 10 jours pour que l'aéroport redémarre complêtement. Celui-ci doit être complêtement nettoyé, vérifié et repasser les inspections internationales.

Le PAD ne fait pas confiance aux "paysans sans éducation" des campagnes lorsqu'il s'agit de voter. Là où certains auraient pris leur mal en patience, tentant de démontrer le danger des populistes, ils ont préféré tenter de provoquer un énième coup d'état, qui leur aurait permis de prendre le pouvoir sufisamment longtemps pour appliquer leur "nouvelle politique" et modifier la Constitution. Celle-ci, en gros, revient à attribuer une certaine partie des postes les plus importants à une élite désignée, et non élue.
Il n'ont, pour l'instant, pas atteint cet objectif inavoué.
Leur popularité n'est pas au plus haut, je doute de voir leur score s'améliorer au cours des prochains scrutins...
Que vont-ils faire alors?

Les Thaï sont pris entre 2 solutions pas plus reluisantes l'une que l'autre... Je ne suis pas très optimiste.

lundi 1 décembre 2008

Un signe céleste...

Ce soir, tout Bangkok a les yeux tournés vers le ciel.

Depuis quelques jours, le ciel est très dégagé sur Bangkok... et aujourd'hui, laLune, Venus et Jupiter se sont mis d'accord pour tenter de nous faire sourire.

cliquez pour agrandir

Les plus observateurs auront remarqué que le croissant de lune est bien plus incliné que chez nous... C'est dû à la différence de latitude (nous sommes très près de l'équateur, le soleil éclaire donc presque perpendiculairement au sol).

Pour changer... une salade

J'en ai marre de vous parler de manifs, de touristes bloqués et de catastrophe économique.
Alors aujourd'hui, pour changer, une petite recette d'un de mes plats thaï préférés: le "Laab Moo" (ลาบหมู).
C'est une recette de salade originaire du nord-est de la Thaïlande, que l'on retrouve d'ailleurs au Laos.

Les bases du plat sont: la menthe, les échalottes, le riz grillé et une sauce épicée au citron et à la sauce poisson.
"Moo" signifie "porc", mais il existe des versions au poulet, boeuf etc... De même, il peut y avoir des variations sur les légumes.

Mais trève de bavardages, passons à la recette brute, je reprendrai les commentaires après.

Laab Moo - pour 2 personnes:

cliquer pour agrandir
200g de porc haché (n°8 sur la photo)
1/2 bouillon cube
3 petites échalottes (n°4)
3 c.à.s de sauce poisson (n°9)
3 c.à.s de jus de citron vert (n°2)
2 c.à.s de riz grillé (n°5)
1 c.à.s de sucre roux (n°7)
1 c.à.c de poudre de piment (n°6)
3 brins de menthe (n°3)
3 pousses de "pak chi farang" (n°1, voir commentaires à la fin de la recette)

Faire bouillir de l'eau avec le bouillon cube dans une sauteuse, y cuire le porc haché.
Réserver le porc et le laisser refroidir (un tour au freezer est une bonne solution).

Hacher le "pak chi" et les échalottes, mélanger avec les feuilles de menthe entières et tous les autres ingrédients dans un saladier. Remuer le tout assez vivement pour que les arômes se mélangent.

Ajouter le porc et mélanger encore un peu.

Servir avec du riz.



Hé voilà... Simplissime non?

Les ingrédients sont vraiment facile à trouver hormis:
  • le riz grillé: Là, il va falloir le faire vous même. Il suffit de faire griller du riz sec dans une poele (sans huile ni rien), jusqu'à ce qu'il brunisse un peu. Ensuite, passer au mixeur pour obtenir une poudre assez fine (qui ressemble un peu à du poivre moulu). C'est essentiel dans la recette, car ça apporte un croustillant très agréable.
  • le pak chi farang: à part en allant dans un supermaché asiatique avec la photo, c'est dur à trouver. Comme c'est la partie variable de la recette, même ici. Vous pouvez, par exemple, compenser en utilisant un peu de roquette et quelques feuilles de basilic (ça apportera un peu de parfum agréable). D'autres mettent un peu de citronnelle.
En théorie, la recette est bien plus épicée, libre à vous d'ajuster la quantité de piment.

Ce que je trouve le plus intéressant avec cette recette, c'est qu'elle offre une base vraiment agréable pour plein de sortes de salades. J'imagine, par exemple, remplacer la viande par des tomates. Ca doit être délicieux aussi.

J'attends les remarques de ceux qui auront essayé.