dimanche 30 novembre 2008

L'embarras

Je suis malheureusement contraint à continuer de traiter le désordre politique qui est en cours ici. J'aurais préféré évoquer des sujets plus culturels, mais je vais les garder pour plus tard, en espérant que tout ça se résorbe bien vite...


Le quotidien Bangkok Post vient de publier les résultats d'un sondage qui confime ce que je vous avais décrit en ce qui concerne le sentiment des Thaïlandais vis à vis de la crise.

D'après ce sondage, 76,5% des Thaï ont honte de l'image donnée de leur pays par les évènements actuellement en cours.

65,1% se sentiront moins fiers de leur pays si cela tourne à l'affrontement violent (visiblement, les quelques morts qu'il y a déjà eu ne comptent pas trop...)
92,3% pensent que la solution sera apportée par les intitutions judiciaires.

Mais encore plus révélateur: 58,4% ne veulent pas prendre parti pour l'un ou l'autre camp...
C'est la preuve que ces troubles sont le fait de minorités gesticulantes et pas l'expression d'un vaste mouvement populaire.


jeudi 27 novembre 2008

Intervention en cours?

L'information ne vaut pas grand chose, vu la propension locale à la rumeur.


Toujours est-il que mon école, située à 50m des barricades installées par le PAD autour de Government House a été évacuée aux environs de 15:00. La rumeur est que l'armée est sur le point d'intervenir.

Pour le moment, je n'ai eu aucune autre information qui pourrait confirmer cela. Le fait est qu'une bonne partie des enfants de l'école ont un parent militaire, une importante base étant installée à proximité. Ce sont eux qui auraient transmis l'information.

Ca vaut pas grand chose.
Mais au cas où j'ai eu la primeur...

Dans tous les cas, je fais une croix sur mon week-end au Vietnam, intervention ou pas, je ne vois pas comment les choses peuvent revenir à la normale d'ici à demain midi.

Pour le reste, tout parait normal à Bangkok, que je viens de traverser pour rentrer à la maison.

Le Monde fait de bons résumés de la situation:


Mises à jour:

Jeudi 17:45 : Toujours rien. Hormis une frénésie de rumeurs, qui semble même étonner les journaux locaux. On parle "d'ultimatum secret" de l'armée pour ce soir minuit. On parle de manifestants pro-gouvernement qui tentent de se rassembler pour contre attaquer.
Rumeurs rumeurs...

Jeudi 20:45 : Bah, heu... rien. Les rumeurs continuent de courir. Quand tout le monde est au courant d'un truc avant qu'il se passe, j'ai plutôt tendance à ne pas y croire. Les dernières nouvelles tangibles sont que le gouvernement, réuni à Chiang Mai (démontrant courage impressionnant) a décrété les 3 zones de manifestations (autour des 2 aéroports et de Government House) comme étant en "Etat d'Urgence". Préparant le terrain pour une intervention policière. Les manifestants se préparent à l'affrontement. Ca risque de pas très bien se passer. Dans un élan d'optimisme, ils ont fait passer le mot de préparer des vêtements de rechange (donc pas jaune, la couleur choisie pour leur mouvement) pour se fondre dans la masse.

Vendredi 8:30 : Rien ne s'est passé cette nuit. La tension monte, les rumeurs continuent de courir mais les deux camps restent sur leur positions. Une tribune intéressante ce matin dans "The Bangkok Post" qui met en parallèle la gravité des actes du PAD et l'ineptie du gouvernement. Car même si les méthodes du PAD sont condamnables et mettent le pays dans une position intenable, l'egocentrisme du premier ministre (accroché à son poste qu'il pourrait céder à un collègue moins controversé) ne fait que rajouter de l'huile sur le feu.
Par précaution, beaucoup de bureaux ont donné congé à leurs employés aujourd'hui. Week-end prolongé!!! Youpi!! 

Vendredi 15:00 : Tout cela ressemble à une partie de poker jouée par deux mauvais amateurs. Le PAD qui mise tout sur pas grand chose, et le premier ministre qui mise petit joueur (lors de sa dernière conférence de presse, hier soir, il a parlé de son voyage au Pérou, du nouveau projet de nettoyage des rues mais pas de ce qu'il va faire pour régler le problème). Pendant ce temps des dizaines de milliers de personnes restent bloquées.
Pour la peine, je vais aller faire du shopping.
Faut bien s'occupper.

Samedi, Minuit passé: Toujours rien, hormis des déclarations risibles. Je vais dormir. Demain, on va à une "kermesse" de bienfaisance, j'espère pouvoir en profiter pour parler de sujets plus légers.

mercredi 26 novembre 2008

J'ai l'espoir...

Aujourd'hui encore, les manifestants du PAD ont continué à se désolidariser du soutien populaire pour arriver à leur fins... en bon manifestants de base obnubilés par leurs problèmes, ils ont décidé de faire ch... le plus de monde possible, et pour cela bloquent l'aéroport international de Bangkok.


Inutile de vous dire que pour une destination touristique comme la Thaïlande, c'est une catastrophe. Plus grand monde ne suit désormais les anti-gouvernement dans leurs errements.
Reste que le mal est fait, et le côté rudimentaire de leur stratégie n'a d'égal que leur caractère borné.

Ma présence au mariage de Darryl ce samedi à Saïgon devient très aléatoire.
Néanmoins, il me reste une pensée qui permet de prendre cela avec plus de philosophie.

J'ai l'espoir que, parmi les dizaines de milliers de touristes ainsi bloqués, il y ait quelques agents SNCF accros à la grève paralysante.

Quels qu'en soient les motifs, une prise d'otage est une prise d'otage, c'est à dire un acte d'un égocentrisme méprisable.

P.S.: D'un point de vue un peu plus "pratique", d'après les analystes locaux, la situation n'est pas appelée à durer. Des "mesures" seront prises dans les heures qui viennent. Si vous êtes sur le point de partir en Thaïlande, vérifiez bien auprès de la compagnie. Les choses évolueront d'heure en heure. On peut espérer que tout redevienne à peu près normal d'ici à ce week-end.
Quant au fait de voyager en Thaïlande, pour le moment, je continue de considerer qu'il n'existe pas de risque particulier, à partir du moment où on évite les zones de manifestation (qui restent extrèmement localisées). En fait, hormis si l'on suit les nouvelles ou l'on essaye de prendre l'avion, il est impossible de suspecter qu'il se passe quelque chose de spécial ici. La vie de tous les jours continue (c.à.d. les bouchons, le shopping, les soirées, les week-end à la plage, etc...)

lundi 24 novembre 2008

Le Grand Soir n'aura pas lieu

La journée est terminée... et rien n'a vraiment changé.

Le scénario que j'avais pressenti ce matin (voir post précédent) s'est effectivement déroulé. Le bilan:
  • 18000 manifestants
  • Quelques rues bloquées
  • La session du Parlement reportée

Les déclarations testostéronisées des derniers jours sont retombées comme des soufflets. Les policiers ont tout fait pour éviter la violence, et s'en sont admirablement bien sortis. Le PAD a beau crier victoire, celle-ci est petite car retarder une session parlementaire est un peu loin de l'objectif de soulèvement populaire annoncé.
De son côté, le parti au pouoir, qui s'arqueboute sur son élection "démocratique" est tout aussi ridicule quant on sait que sa dissolution sera probablement annoncée dans les semaines à venir pour cause "d'achat de votes". Une pratique très courante des alliés de Thaksin, qui s'en tirent souvent bien... reformant un nouveau parti à chaque dissolution.

Donc, rien de nouveau sous le doux soleil de Novembre.
Car s'il est une bonne nouvelle, c'est bien l'arrivée de la saison sèche. La moiteur se réduit, les orages sont rarissimes et les matins presque frais (tout est relatif, certes, mais c'est agréable).

photo AFP

Les Dernières Cartes

Aujourd'hui, les manifestantsde l'opposition, le PAD, jettent leurs dernières cartes dans la bataille.

Au cours des dernières semaines, la tension n'a cessé de monter entre les manifestants pro et anti-gouvernement. Pourtant, la situation, elle, n'a pas évolué. Gouvernment House est toujours occupé, et le premier ministre toujours en place.

Mais le campement a été le théatre d'attaques noctures de plus en plus fréquentes. Des bombes artisanales ou des grenades ont, à plusieurs reprises, été lancées dans le camp en pleine nuit. Blessant souvent, tuant parfois... sans que les auteurs ne soient clairement identifiés. Ce qui alimente toutes les rumeurs et fait grimper la tension entre les deux camps.

Aujourd'hui, le PAD a décidé de lancer ses dernières cartes dans la bataille et tente, par une marche vers le parlement, d'initier un mouvement populaire dont l'ampleur forcera le gouvernement à se retirer.
Les prochaines heures nous diront ce qu'il en est... Mais je ne suis pas très otimiste quant à la réussite de leur plan. Hormis des affrontements avec les contre manifestants, des blocages et autres désagréments, je crois que les Thaïlandais vont, dans leur majorité, rester neutre comme ils le sont depuis... toujours.

C'est d'ailleurs le problème principal. La majorité des Thaï n'approuve aucunement l'utilisation de la violence et de la force, et n'a vraiment pas l'envie d'en découdre... laissant les plus excités des deux camps régler leurs affaires. Ce fatalisme les a mené à cette situation, et les y laissera tant que les "raisonnables", qui représentent la vraie essence de ce pays, resteront silencieux et observateurs résignés.

mardi 18 novembre 2008

La vie en noir et blanc


Ce week-end, la Thaïlande, et plus particulièrement Bangkok, ont vécu un évènement rare, qui a focalisé l'attention de toute la Nation.

Cet évènement, ce sont les funérailles royales de la Princesse Galayani Vadhana, soeur du Roi Bumibhol. Ceux qui me suivent sur ce blog seront surpris de me voir parler de ces funérailles alors que je n'ai pas mentionné le décès... C'est que celui-ci est survenu le 8 janvier dernier, au cours de sa 84ème année. Oui, il n'y a pas de faute de frappe. Il s'est déroulé presqu'un an avant que la cérémonie ait lieu.
C'est, ici, une marque de respect pour le défunt.

Les funérailles royales sont un évènement rare en Thaïlande, seules 4 ont eu lieu sur les 60 dernières années. La ferveur populaire qui a accompagné l'évènement est frappante... voire un peu choquante pour un français élevé dans la satisfaction de vivre dans un pays s'étant débarrassé de ses têtes couronnées à coup de guillottine.


Je vous passerai les détails de la cérémonie, que je n'ai suivie que par intermittence (un vrai marathon télévisuel diffusé d'office sur toutes le chaines nationales pendant 3 jours). Ce fut un enchainement de processions en costumes d'apparat somptueux, de défilés en palanquins scintillants et de prières et rituels bouddhistes très obscurs pour le profane.

A première vue, tout cela est démesuré et en complêt décalage. La Thaïlande, même si elle connait un développement important, n'est pas un pays riche... alors dépenser 7 millions d'Euros pour la seule crémation, ce n'est pas rien. Sans compter le battage médiatique précédent l'évènement, proche du lavage de cerveau avec ses documentaires mélo sur la vie de la princesse, et la longueur de la cérémonie (3 jours entiers).


Cette princesse est particulièrement aimée en Thaïlande. Encore une fois, ça peut paraître un peu exagéré. Elle a effectivement poursuivi beaucoup d'oeuvres caritatives initiées par sa mère, et énormément contribué à la promotion de la culture, notamment la musique et la culture française (oui oui)... Bref, une personne bien, mais comme il y en a beaucoup (et heureusement) dans notre monde. En fait c'est probablement le contraste de sa gentillesse et de son dévouement avec les frasque de nombre de ses proches qui la rend si populaire. Hormis le Roi, sa fille et, donc, sa soeur la Princesse, les autres membres de la famille royale sont plutôt connus pour leurs bêtises.

C'est donc en mettant ainsi en perspective que j'ai réussi à digérer l'ampleur d'un évènement qui a priori me paraissait presqu'indécent. Les funérailles royales sont l'un des seuls évènements d'ampleur nationale capables de rassembler le pays autour d'une même idée. Leur caractère exceptionnel exacerbe l'implication des Thaï dans l'évènement. Rappelez-vous le bicentenaire de la Révolution, ou plus récemment la Coupe du Monde 98. Finalement, est-ce plus bête de se rassembler et de faire tant de foin pour les funérailles d'une Princesse que pour une bande de types ayant tapé mieux que les autres dans un ballon?


La couleur du deuil est le noir. Il fut demandé aux Thaï de porter du noir ou du blanc au cours de ces trois jours. Là où on atteint justement la limite de ma capacité à m'ouvrir à l'autre culture, est par la pression sociale qui a été mise sur ce genre de marques de respect "périphériques".
D'abord parce qu'elles ne sont pas demandées par la familles royales, mais plutôt imposées par tous ceux qui souhaitent être bien vus, allant jusque dans la surenchère.
Ainsi, il fut décidé que, dans mon école, le port des couleurs du deuil serait effectué en plus durant 2 semaines avant les funérailles... Et ce pour tous. Y compris moi qui, sans vouloir manquer de respect, ne porte pas une attention particulière à la Princesse.
Il a aussi été décidé de fermer les bars restaurants etc... Durant la cérémonie: pas le droit d'être indifférent.

Bref, au lieu de m'intéresser à un évènement en attirant mon attention par la ferveur et la grandeur de l'évènement, on a tenté de m'y contraindre.
C'est d'autant plus déplorable que ces mesures n'étaient pas nécessaires. Les Thaï aiment leur Princesse.
Mais il y a ici cette culture de "l'ancien" qui décide de ce qu'il faut faire, et que l'on se doit de suivre. Vous me connaissez, l'immobilisme, j'adoooore...

samedi 15 novembre 2008

Des Questions?

Il y a de plus en plus de gens qui rendent visite à ce blog (même si j'ai un temps, un peu levé le pied, je m'en excuse). Cela me fait très plaisir.

D'autant plus que certains laissent des commentaires très encourageants, et n'hésitent pas à apporter leur connaissances à mes propos. C'est le but. Je suis loin d'avoir la science infuse, et je suis content qu'ils soient la pour m'accompagner au fur et à mesure de ma découverte de ce pays.

Pourtant, certains auront peut-être déposé un message que je n'ai pas publié sur le site. J'ai été obligé de procéder à cette "censure" parce que les auteurs avaient laissé leur email dans le message afin que je les recontacte.
Sur ce site de blog, je ne peux pas éditer les commentaires, et je n'ai pu retirer leur email... Ceci est un conseil à tous: ne laissez jamais votre email ainsi dans un forum ou dans les commentaires d'un blog. Il est visible de tous, et des "robots" passent en revue les sites du monde entier à la recherche de telles adresses pour les collecter dans des listes qu'ils revendront ensuite à des spammeurs et autres indésirables.

Ceci dit, cela a mis en évidence le fait que je n'ai rien laissé ui permette de facilement me contacter de façon privé...
L'erreur est réparée, j'ai créé une adresse spéciale: blogjy@abroad2002.com
Si vous avez des commentaires, des questions ou des remarques que vous désirez garder "privées", envoyez-les moi à cette addresse.

Attention cependant, je m'efforcerait de répondre à tous, à condition que vous m'y aidiez un peu. Par pitié, évitez les questions trop vagues, donnez le maximum de détails afin que je puisse vous dire si oui ou non je peux vous aider.
Un tel mail (j'en ai déjà reçu quelques similaires):

"Je cherche à m'installer en Thaïlande.
Que me conseillez-vous?
Merci.
xxxx"

N'amènera de m'a part qu'une réponse:
"Ca dépend.
Salutations.
JY"

jeudi 13 novembre 2008

Flotte, petit Kratong

Hier était jour de pleine lune. Pour être plus précis, jour de la 12ème pleine lune du calendrier lunaire Thaï traditionnel.

Cette journée est l'occasion d'une des fêtes les plus célébrées (mais pas fériée) en thaïlande: Loy Kratong.


Loy signifie "flotter". Kratong est le nom d'un petit radeau, fait traditionnellement d'une tranche de tronc de bananier, sur laquelle sont piquées des feuilles et des fleurs de façon à évoquer la fleur de lotus. On y ajoute aussi 3 batons d'encens et une bougie.
Ce Kratong sera déposé dans la rivière à l'occasion de cette journée, accompagné d'une petite prière et d'un voeu. La tradition veut que, si la bougie est toujours allumée alors que le Kratong a disparu au loin, alors le voeu se réalisera.
Les thaï ajoutent parfois quelques cheveux au Kratong, pour que celui-ci emporte le mal au loin, ou bien une petite pièce, pour forcer a chance... et faire le bonheur des enfants qui iront à la pêche au Kratong une fois la fête finie.


L'origine de cette tradition remonte à un rite Hindou, durant lequel le Gange est remercié par des lanternes d'avoir dispensé la vie tout au long de l'année. Elle s'est ensuite développée en Thaïlande au cours du 13ème siècle. Devenant l'occasion de vénérer Bouddha et de remercier la déesse des eaux Phra Mae Khongkha. L'histoire dit aussi qu'une jeune fille nommée Naang Noppamart avait, à cette occasion, créé les premiers Kratongs en bananier sous la forme que l'on connaît aujourd'hui. ceux-ci étaient tellement beaux que le Roi déclara que ce serait ainsi que l'on rendrait désormais hommage, et fit de Naang sa favorite.
Chaque année, un concours de beauté est organisé, et la gagnante remporte le titre de "Reine Noppamart".


L'agitation qui précède la soirée du Loy Kratong est vraiment visible. Les gens s'informent de vos plans, et dans les rues on voit apparaître les premiers vendeurs de Kratong. C'est un peu comme le muguet du premier mai. Au plus fort de la fête, il y en a partout. Depuis les venderus professionnels, aux Kratong calibrés, aux véritables artistes de la chose, en passant par les étudiants qui tentent de récolter des fonds pour une sortie scolaire.
Certaines réalisations sont de véritables splendeurs. Faites uniquements de feuilles pliées et de fleurs piquées, on en aurait presque mal au coeur de devoir l'abandonner au fleuve.


Les abords de la Chao Praya sont pris d'assaut. Il faut dire que la ville n'est pas vraiment organisée autour de la rivière. Il n'y a pas vraiment de promenade le long des berges, mais plutôt des rues qui y finissent en cul de sac. Le meilleur moyen est alors de rejoindre un des endroits un peu plus "ouverts" par bateau, et d'y profiter de l'animation: groupes de musique, vendeurs divers et parades de bateaux décorés.
L'atmosphère est festive, et coincide avec le retour du temps sec et presque frais (cela fait 2 jours que je n'ai pas allumé la clim', même pour dormir). Cependant, cela reste un évènement peu photogénique. Je m'attendais à voir la rivière illuminée de bougies, mais la petite taille de celles-ci, et l'agitation des eaux de la Chao Praya ont vite raison des petites lumières, et ce n'est que par intermittence que l'on aperçoit les radeaux.

D'autres iront déposer leur Kratong dans des lacs, fontaines voire même piscines... (c.f. photo) C'est probablement dans ces eaux plus calmes qu'ils sont les plus jolis à observer... Mais le but reste de faire partir ses soucis avec eux, c'est plus difficile dans un bassin fermé.


Loy Kratong fait partie de ces jolies fêtes de la Thaïlande. D'origine religieuse mais finalement plus teintées de poésie que de rituel. On m'a dit qu'à Chiang Mai, la fête était l'occasion de lâcher des milliers de ballons-lanternes dans le ciel... Les photos que j'en ai vu sont féériques. Je tâcherai d'aller voir ça l'an prochain!