mardi 9 septembre 2008

Un dénouement culinaire à la crise politique

La surprise du chef!


Le Premier Ministre Samak, abhorré de nombreux Thaïlandais notamment pour ses liens avec son prédécesseur Thaksin a été démis de ses fonctions il y a quelques minutes.
Pas par le sénat ou le parlement.
Pas par les manifestants du PAD qui campent depuis deux semaines dans les Jardins de Government House.

Mais à cause de son goût pour la bonne bouffe.

Véridique!

La Cour Constitutionnelle de Thaïlande vient de rendre son verdict. L'activité de présentateur d'émission culinaire que Mr. Samak exerçait avant sa nomination et qu'il a continué au moins à deux reprises depuis sa prise de fonction est rémunérée. Les sommes perçues ne sont pas des dédommagements mais bien un salaire versé par un employeur... ce qui est contraire à la Constitution, sui stipule que le Premier Ministre, durant son mandat, ne peut exercer de telle activité.

Plusieurs remarques me viennent à l'esprit.

D'abord, bravo à ce qui ressemble pas mal à une pirouette.
Cette destitution arrange presque tout le monde. Le PAD, qui réclamait la démission en préalable à toute discussion a ce qu'il veut sans que le gouvernement n'ait eu réellement à céder. Même Samak s'en tire sans vraiment perdre la face... démis pour une petite entorse pas bien grave au règlement, il part sans baisser la tête.
De là à imaginer que la décision des juges à été influencées par leur désir d'offrir une possibilité d'issue à la crise, il n'y a qu'un pas.

Ensuite, je ne peux m'empêcher de sourire quant à la raison de cette destitution, et à la parfaite illustration de l'état de la classe politique Thaïlandaise que cet épisode met en lumière.
Vous nous voyez élire Maïté? Hé bien ici, ça ne leur fait pas peur. Entre un présentateur d'émission de cuisine et un magnat des télécoms multi-millilonaire, les premiers ministres se suivent et se ressemblent.

Les prochaines heures nous en diront beaucoup sur l'avenir de la crise politique.

Aucun commentaire: