lundi 7 juillet 2008

Le plus beau pays du monde

Ce week-end, à l'occasion d'un mariage, jai effectué une petite excursion hors de Thaïlande.
Etait-ce raisonnable, je n'en étais pas sûr, mais l'occasion de visiter une des plus extraordinaires destinations touristiques de ce monde ne se présente pas forcément tous les jours.
Si fréquenté et admiré, ce pays a bien meilleure réputation que ces habitants. Eux-même ne s'aiment pas trop, en fait. Pourtant ce sont des gens charmants: on se rend vite compte qu'en faisant le petit effort d'un sourire et d'un mot gentil, on arrive à révéler leur vraie nature accueillante et charmante.

Mais voilà, dans un élan national de masochisme assez incomprénsible, ils se complaisent aujourd'hui dans une déprime paralysante. Focalisés sur ce qui ne va pas, sur leur propres défauts et échecs, ils s'entraînent les uns les autres dans une spirale sans fin qui va jusqu'à leur faire oublier combien est formidable le pays dans lequel ils vivent.

Certes, tout ne tourne pas rond. Je ne ferai pas ici la liste de leurs préoccupations, ils se la repassent tous les jours en boucle jusqu'à la nausée à la télé, la radio, entre amis ou au travail.
Mais peuvent-ils réellement croire qu'il existe un lieu où tous ces aléas, défauts et dysfonctionnements n'existent pas?
Dans mon "paradis" de Thaïlande, le coût de la vie augment, lui aussi. Le trafic est paralysé quotidiennement dans Bangkok parce que les élus passent leur énergie dans des luttes intestines et non dans la résolution des problèmes pour lesquels ils sont mandatés. Dans certaines régions, les gens ont à peine de quoi vivre, les poussant parfois au crime et à la prostitution.
Pourtant, les Thaïlandais ont pris le parti de ne pas se laisser affecter par cela. Le parti d'être heureux... Et finalement, ils le sont.
Comme ils nous le montrent, pour être heureux, il faut en tout premier lieu avoir décidé de l'être.

Vendredi matin, à l'aube, quand je descend de l'avion, ma première impression est le sentiment de douceur que procurent les lieux et l'atmosphère. L'air est un peu frais si tôt le matin. Délicieusement sec. Les premiers rayons de soleil qui teintent d'organe le verre et la pierre de la capitale réchauffent les yeux et le coeur.
Le trajet en voiture pour quitter l'aéroport me parait s silenceux et confortables. Les routes sont aussi lisses que du billard, la signalisation claire et le trafic bien moins chaotique qu'à Bangkok.

Je passerai ma première journée sur place à profiter de la compagnie de mes hôtes et à me régaler des spécialités locales, régalant un palais en manque.

Après une nuit réparatrice, doucement réveillé par le pépiement des moineaux, nous nous dirigeons vers la gare afin de prendre le train vers le sud du pays et le mariage de mes chers amis.
Malgré la cohue des départs de vacances, tout me parait si propre et organisé. La rame ressemble à un hotel de luxe. Couleurs assorties, matières agréables et design moderne rendent ce voyage encore plus agréable qu'il ne l'était.
Le train glisse à travers la campagne, offrant au passagers un patchwork de jaune des champs, vert des prés et mauve des champs de lavande.

Une fois arrivés à destination, les pierres blanches et le chant des cigales me tranportent dans un autre monde. J'ai envie de tout embrasser... Non... de tout avalaer. Ici aussi la cuisine est délicieuse. Dans ce pays, elle est comme un condensé comestible de chacune des régions. Tantôt petit et raffiné, tantôt chaud et ensoleillé.

A l'occasion de ce mariage qui me remplit de joie, je vais pouvoir continuer de m'imprégner le corps et l'esprit de ce pays que j'aime tant, et qui devrait s'aimer plus.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin. Je suis déjà dans les transports qui me ramènent à ma patrie d'adoption qu'est la Thaïlande.
Je ne cesse de regarder les photos dans mon appareil numérique, tentant de me convaincre que tout cela n'était pas un rêve.

Oui, j'ai bien passé deux jours dans un des plus beaux pays du monde, en compagnie de ma famille et des amis qui me sont si chers.
Que demander de plus?

Peut-être que cette France s'aime elle-même un peu plus.

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Bien d'accord avec toi : la France est un merveilleux pays et il le serait plus encore sans cet individualisme et cet esprit rochon de bien des Français. J'aime aussi partir à la découverte d'autres pays qui m'enchantent, mais c'est toujours la France qui, de loin emporte ma préférence.
Continue à nous faire partager tes émotions et tes états d'âme et encore merci pour ce temps que tu nous consacre à travers ce blog.
Martine.

arekusandoro a dit…

Bonjour bonjour,

J'ai pas réussi à trouver un liens pour t'envoyer un message...donc bon, j'ai vu ton post sur les visas et je voudrais savoir si tu en sais un peu plus sur tout ca...en effet je dois suivre ma douche en thailande ca elle va bosser en VI là bas et je voulais savoir si je pouvais avoir un visa O.

Merci et dsl pour le post qui n'a rien à voir

Jean-Yves a dit…

Attention, je ne suis pas un expert en visas... c'est tout un métier.

Ceci dit, voilà ce que j'en sais:
Le visa "O" est a priori difficile à obtenir. Il nécessite beaucoup de preuves de la personne qui va "sponsoriser" l'obtention de ce visa. Celle-ci doit être Thaï ou être bien en règle sur place(permis de travail, déclarations de taxes en thaïlande, etc...).

Je ne sais pas combien de temps vous avez prévu de rester là-bas, mais une solution plus simple serait de venir avec un visa touriste. C'est ce que j'ai fait... et je suis encore sous ce régime car mon permis de travail n'est toujours pas terminé d'être rédigé.

C'est simple, allez à l'embassade de Thaïlande et demandez un visa "T" avec 3 entrées (ou alors voir avec http://www.action-visas.com si vous pouvez pas vous déplacer).
Première entrée: vous donnera 60j.
Une fois sur place, achetez 30j de plus au bureau de l'immigration.
Au bout des 3 mois, un petit tour à la frontière... et vous recommencez comme à la première entrée juste en sortant et rentrant dans le pays(60j + 30j)... et une dernière fois avec la 3ème entrée.
Et voilou. Presque 9 mois d'affilée sans paperasse.
D'ici là, vous aurez eu le temps de voir venir pour un visa O si vous pensez en avoir besoin.

Sinon, un court séjour hors de Thaïlande pour obtenir un nouveau visa "T" et c'est reparti.