mardi 24 juin 2008

A quoi ça rime?

C'est ce que je me suis demandé ce matin en passant devant les "manifestants" du PAD (People Alliance for Democracy, voir post précédent)

Voilà maintenant plus d'un mois qu'ils font le siège du gouvernement, et ce sans autre effet notable que de perturber le quartier de leur manifestation.
Ils réclament la démission du gouvernement, jouent leur carte de parti "d'opposition" au moins aussi bien (ou mal) que ce que l'on peut voir chez nous, et finalement, petit à petit, commencent à se désolidariser du soutien populaire.

Les gens commencent à se poser des questions. Certes le gouvernement et le parti en place sont loin d'être irréprochables. Ca sent fortement la corruption. Les juges d'ailleurs n'ont toujours pas réussi à trouver quoi que ce soit contre Taksin (l'ancien premier ministre, et le réel chef d'orchestre des coulisses du gouvernement) et ils ont peut être été eux aussi arrosés.

Mais le PAD représente-t-il une alternative valable? Rien n'est moins sûr. Après tout, ils ont du user de toute leur influence pour pousser les militaires à renverser Taksin en 2006... pour être de nouveau battus aux élections qui ont suivi.
Et cette fois-ci, esperent-ils un bis? Pour des gens se réclamant de la démocratie, ça fait tâche.

Et puis comment expliquer les spectacle étonnant auquel j'ai assisté ce matin en arrivant à mon école? (je le rappelle, située en plein milieu des manisfestations, puisqu'à à peine 100m de la "Maison du Gouvernement)

Les rues sont bloquées par la police dans un rayon d'environ 300m autour du Government House... Mais les manifestants, du moins ce qu'il en reste par rapport au week-end dernier (ils ont un boulot eux aussi, après tout), sont derrière ces barrages. Et ils filtrent eux aussi ceux qui passent. Un dernier cordon avec casques et matraques entoure le Government House. Face à quelques manifestants nochalament assis sur leurs chaises pliantes.


Et au milieu de tout ça, ils ont eu tout loisir d'installer tentes, petits commerces et même une énorme scène pour leurs discours politiques (voir photos).
A un jet de pierre de l'entrée du bâtiment officiel.
Mais qu'est-ce que ça veut dire?
Peut-être sont-ils des génies de la construction et ont par surprise réussi à assembler tout ça de nuit sans éveiller les soupçons...
Je plaisante.

Le gouvernement est il alors démocrate au point de laisser ses opposants s'installer en plein milieu d'une des grandes avenues sans rien faire?
Je ne crois pas. Mon avis, c'est qu'encore une fois, dessous de tables et copinages ont dû largement aider.

La corruption est la gangrène de ce pays. La Thailande ne peut sérieusement envisager un développement futur si elle n'arrive pas à se débarrasser de ce fléau. A tous les échelons, les intérêts personnels passent avant les intérêts collectifs.
Sinon comment expliquer les constants changements de plans d'urbanisme et de transports, au grés des renversements politiques? Certains grands travaux ont été arrêtés 3 ou 4 fois sur les 15 dernières années, reprenant parfois à d'autres endroits, pour finalement recommencer au point de départ.

Le résultat c'est, par exemple, que les 3 nouvelles lignes de SkyTrain tant attendues depuis au moins 5 ans sont toujours en construction. Que les travaux dans bangkoks sont parfois faits en dépit du bon sens et que le pays, après avoir été un des "dragons" de l'Asie, commence à être menacé par la concurrence du Vietnam.

Qui a dit que les politiques n'avaient pas d'influence sur les économies?

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Bon anniversaire Gie:)

Caro et Vlad