vendredi 6 juin 2008

Allez!... à Toire! (elle est pas de moi)

La fréquence des messages à baissé ces derniers jours...
Je m'en excuse, parce que j'ai toujours beaucoup de choses à vous raconter... Plusieurs "sujets" que je laisse un peu mûrir parce qu'ils nécessitent un peu plus de précautions.

Et là dessus s'ajoutent la gestion de ma nouvelle profession et des nombreux aléas qui l'accompagnent.

D'abord, le désordre administratif de l'Education Nationale de Thaïlande... Outre les emplois du temps aléatoires et changeants (j'avoue que c'est pas simple), il y a tous ces petits dysfonctionnements qui semblent très familliers: les livres scolaires qui ne sont toujours pas là, et même certains qui n'arriveront jamais par manque de budget. Un budget d'ailleurs très bien géré ui a permis de transformer la salle des profs étrangers en "fitness room". Splendide: grands miroirs, clim, vélo elliptique, tapis roulant cardio training etc...
Sympa...
Mais qui va s'en servir? Les profs thai ont cours toute la journée et je suis pas sûr qu'ils seront tentés de faire des "heures sup'" pour faire un peu de sport sur place. Quant aux profs étrangers, on a quelques heures de trou, mais on en profite plutôt pour faire les photocopies ou les corrections. D'autant plus que maintenant qu'on est relégués chacun au fond d'une des classes, ça prend plus de temps pour travailler.

Il y a la paye. Celle du mois de Mai que je viens d'avoir, après une longue période d'incertitude sur la date. Finalement, ce fut branle-bas le combat hier. A 14h nous avons dû abandonner les éventuels cours restant de la journe pour répondre à la convocation de dernière minute (à l'autre bout de Bangkok) pour aller chercher nos enveloppes.

Et puis il y a les manifs, aussi.
Encore une aujourd'hui. En rentrant du déjeuner, on a trouvé la rue bloquée par un cordon de policiers anti-emeutes.
Ils nous ont laissés passer avec le sourire. Tout comme les manifestants que nous avons croisés plus loin. Il y en avait environ moitié moins que des policiers d'ailleurs.
Au moment ou on rentrait dans l'école ils se sont mis à scander (en Thaï, on m'a traduit après) "Les Profs avec nous! Les profs avec nous!".
Mais je sais pas c'est qui, eux... Ni pourquoi d'ailleurs.
Donc je suis allé sagement enseigner "Where is Brian? Brian is in the kitchen!".

Je dois pas être prof depuis assez longtemps.

J'ai pas encore la grèvite ni la manifestite aigüe.

Oooooh. C'est bas ça.

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Oh et Oh grevite aiguë? Tu sais ce que je te dis...