samedi 31 mai 2008

Et que ça saute!

Une fois n'est pas coutume, au lieu des habituelles digressions et des photos qui les accompagnent, voilà 2 vidéos d'hier soir.

Nous avons commencé la soirée chez moi par la première "Wii Party" officielle de mon appartement de Bangkok.
Beaucoup de fun, d'autant plus que la Wii n'est pas distribuée par Nintendo en Thailande. Il faut la faire importer du Japon, ce qui fait que beaucoup découvraient le concept.



Ensuite, pour achever de décharger les calories, un petit tour au "Club Culture" où Frankie Knuckles opérait aux platines.
Très bonne soirée. Ca fait du bien de se défouler comme ça de temps en temps.



Ce soir, on fête les 25 ans d'Aaron... Il nous invite à une soirée où le "dress-code" est "Glam-Rock ou Funky". Galère, va falloir ressembler à des sapins de Noël fluo.
Pour les photos, je prévois une forte censure...

vendredi 30 mai 2008

Interlude Informatique

Mon blog génère de plus en plus de trafic… ça fait plaisir de voir que mes péroraisons intéressent certains.
En plus de ça, je dispose d’un outil de statistique sur les visites de mon site. Ca va loin, de la ville d’origine (en l’occurrence le point d’accès, mais en général, c’est pas loin) à la résolution de l’écran utilisée par le visiteur… et, bien plus intéressant, les mots clés utilisés par ceux qui arrivent via des moteurs de recherche (google notamment).

Plusieurs constatations :

D’abord, il semble que certains tapent l’adresse de mon blog (jyfargeat.blogspot.com) dans google, puis cliquent sur le lien qui s’affiche… Vous perdez votre temps. Tapez la même chose 2 centimètres plus haut (pas besoin des http:// ) – en l’occurrence là où il y a déjà marqué www.google.com, et vous y accèderez directement.

Ensuite il y a ceux qui se rappellent jamais de l’adresse, alors qui recherchent à chaque fois "jean- yves fargeat blog". Conseil : quand vous êtes sur le blog, cliquez sur l’étoile en haut de votre navigateur, il vous proposera de l’ajouter dans les favoris.

Passées ces constatations vaguement techniques, il y a quelques petites choses plus intéressantes.

Par exemple le fait que des visites arrivent après avoir recherché :

  • ambassade thailande paris
  • thailande
  • apprendre ecriture thai
  • visa run thailande
  • climat thailande
  • bangkok vrai nom
Etc…
Ca fait plaisir de voir que peut-être j’aurai aidé certains.

Dans le lot, il y a quelques obsédés (inévitable sur internet et quand on parle de thailande). Entre autres :
  • tourisme sexuel
  • koh phi phi prostitution
  • comment trouver ladyboy thailande (sic !)
  • endroit sympa drague bangkok (re-sic !)
  • Photo ladyboy thailande
A ceux-là, désolé, mais c’est pas ici que vous trouverez ce que vous cherchiez…

Enfin, il y a les rigolos…
Ceux qui tapent la question au complet et ceux qui arrivent ici on ne sait comment (et parfois les deux). Exemples :
  • blog des personnes vivant à pointe pitre
  • egouttoir bois anglais rustique (hein ???? comment ils sont arrivés ici en tapant ça)
  • faut il un visa pour un séjour de plus de 30 jours en thailande même si l'on doit sortir du pays et y rentrer de nouveau (précis comme recherche)
  • j'organise une pool party (lol !)
  • pourquoi l'ocean est turquoise (réponse ici)

et mon préféré:

  • qu'est qui c'est passer a la 2eme republique? (révise donc le bac et ton orthographe dans un bouquin, pas sur mon site, hahaha !)

De toute façon, merci à tous pour vos visites, ça fait chaud au cœur !

jeudi 29 mai 2008

Une journée presqu'ordinaire

6h15:
Mon portable sonne. J'ai choisi une musique pas trop agressive. Il faut me prendre en douceur le matin. Surtout à cette heure-là.
Heureusement, ici, le soleil se lève à 6h00, c'est donc pas trop froissé que je me dirige vers la douche.
Une fois ablutions et préparatifs vestimentaires achevés, un petit café bien serré et départ pour une journée de classe.

7h02:
A la station de Skytrain, la rame arrive déjà assez remplie. Je me faufile dans un coin, histoire de pouvoir m'accrocher d'une main et lire le dernier chapitre du bouquin d'histoire que j'ai acheté il y a quelques temps chez Kinokunya. Les pubs défilent sur les écrans LCD, mais je les connais déjà: pas de distraction, le passage est captivant.

7h18:
Je descends à Ratchadamri. Pas de bus à l'horizon, j'en profite pour faire un arrêt au 7-eleven pour m'acheter un pain aux raisins et une petite canette de jus d'orange.

7h22:
Le bus 16 - air conditionné - arrive, aujourd'hui sans se faire désirer. Et il n'est pas trop bondé. La contrôleuse me reconnaît, à force. Les occidentaux sont rares ici. Je m'acquitte des 12 Baht (0,24€) pour le ticket en lui indiquant de mon plus bel accent Thaï "Pai Wat Ben' " (Je vais à Wat Ben').

7h37:
Je suis déposé devant le siège du Gouvernement. L'école est à deux pas, mais pour gagner 40 secondes environ, je traverse le siège de l'Office National Anti-Corruption. Y a pas de petits profits.
Devant l'école, les 3 instituteurs "d'astreinte" du mardi accueillent parents et enfants. je traverse rapidement et discretement la cour afin de provoquer un attroupement minimum puis je vais signer sur le registre de présence avant de me diriger vers mon bureau.

7h45:
Mon "bureau" est en fait à l'arrière de la classe des Grade 1/1... La salle qui servait de bureau commun aux professeurs étrangers a été transformée en fitness. Les travaux sont encore en cours cependant.
Je m'installe et commence à revoir mon programme de la journée. La classe est encore vide, les enfants vont bientôt se rassembler dans la cour pour la "cérémonie du matin".

7h55:
Pendant que je prépare mes cours, j'entends les hymnes chantés par les élèves. Tous les matins tous se rassemblent et chantent l'hymne national, puis l'hymne du Roi puis celui de l'école et enfin un dernier je ne sais plus pour quoi.
Je profite de ce dernier moment tout seul pour préparer un maximum de choses.

8h16:
Ca y est, la tornade arrive. Malgré les efforts de Lip, l'institutrice des G.1/1, la rentrée en classe se fait en désordre. Ma présence y est pour quelque chose, j'ai beau me faire discret au fond, ils viennent me dire bonjour et regarder ce que je fais avec grand intérêt.
Le silence revient avec la distribution du berlingot de lait matinal.

8h30:
Lip commence la journée par une heure de Thaï. Je laisse trainer mon oreille. Après tout, j'ai à peu près le niveau CP en ce qui concerne l'écriture Thaï, alors un peu de révision ne fait pas de mal. Et puis ça amuse beaucoup Lip, qui parfois m'interroge... Mais je suis un peu mauvais élève, surtout pour la prononciation des tons. Heureusement, 30 petites voix me corrigent avec beaucoup de plaisir.

9h30:
C'est mon tour. Ce matin: Sciences.
J'ai préparé des petites expériences. Après la séance sur les parties du corps de la semaine dernière, j'enchaîne sur les 5 sens. Un cobaye est appelé pour sentir (j'ai amené mon déo), un autre pour écouter le xylophone, un pour voir, un pour le goût... le petit veinard a le droit à un bonbon et, alors que tous se précipitent pour être le prochain cobaye, je martyrise gentiment "l'élu" en expérimentant le toucher avec une punaise.
On continue avec dessins explicatifs à recopier et une chanson où on touche les parties du corps concernées.

10h30:
Je déménage vite fait dans la classe d'à côté, pour un cours de Math. En ce moment, on prépare un "carnet de nombres". Chaque nombre est étudié, recopié, découpé dans les journaux et décoré. J'en profite pour exercer la prononciation du "th" de "three". L'astuce: Dites "ssss" avec le doigt sur le bout de la langue.

11h35:
J'ai pris un peu de retard. Gil et Mary m'attendent pour le déjeuner. Ici, pas de cantine, le repas est servi dans les classes. Les portions sont pour les petits, et c'est pas très très bon. Alors on va au food court de l'office anti-corruption d'à côté. Ici, on mange bon, varié et en quantité pour 30 Baht (0,80 €).

12h30:
Les cours reprennent. J'ai Math avec les 1/2... Je me crève pas, je fais pareil qu'avec les 1/1 (logique, non?).

13h35:
Le temps de passer chercher mon matériel, j'arrive en salle 4/2. Eux sont bien plus vieux. La communication est plus facile (les Grade 1 ne parle pour l'instant pas du tout anglais). J'ai prévu de les faire travailler sur les "points et les couleurs primaires". Au menu: peinture rouge, jaune et bleue, cotons tiges et papier canson. L'idée, leur faire réaliser que l'on peut obtenir de l'orange sans mélanger les peintures mais en alternant des points rouges et jaunes.
Certains obtiennent un joli cercle des couleurs. Pour d'autres, c'est la bérézina des traces de doigt.

14h30:
Ca y est, la journée est finie.
L'air de rien, ils pompent pas mal d'énergie. Mais je m'habitue. J'ai déjà mes astuces pour les calmer et aussi j'ai enfin assimilé leur rythme. Ca à l'air d'être plus intéressant pour eux aussi maintenant.
Je vais ranger mes affaires et emmener de quoi préparer mes cours à l'avance. Je n'ouble pas mes tampons "Hello Kitty" et "Mickey" avec leurs étoiles pour faire mes corrections (ils adorent avoir leur note à coté d'un petit personnage sympa).

14h43:
Le bus 16 arrive. Aujourd'hui, par chance, pas de manifestations ni de cortège officiel. C'est l'inconvénient de travailler en face du "Matignon" local. Il y a déjà eu 2 manifestations dans le quartier depuis la rentrée. Rien de bien véhément, mais ça perturbe pas mal le trafic.
D'ailleurs, en 2006, après le coup d'état qui a mis à la porte le premier ministre Taksin (qui s'est ensuite acheté l'équipe de Manchester City durant son "exil" à Londres avec la caisse), il y avait les tanks dans la rue... Les collègues m'ont dit que les bus passaient quand même.
C'était assez soft comme évènement, pas un coup de feu. L'armée à été obligée de demander aux touristes et aux Go-go girls d'arrêter de se faire prendre en photo sur les chars, ça faisait pas sérieux.

15h20:
J'arrive à la maison. Je vérifie le courrier... Des factures, et toujours pas le recommandé envoyé par mon papa ils y a 2 semaines avec ma déclaration d'impôts. Faut dire qu'il a été optimiste, faire confiance à 2 corps de fonctionnaires à la suite (poste française et thaï). Et puis j'imagine la tête bien embêtée du facteur thaï avec ses feuillet "AR" tout en français. Je pense qu'effrayé, ils ont préféré l'oublier dans un coin. Le "recommandé", c'est l'illustration de l'archaïsme de nos administrations. C'est obligatoire, ça donne un sentiment de sécurité, mais en fait c'est juste une lettre avec un timbre plus cher.
Je digresse...
Je suis donc à la maison, j'en profite pour faire le tour des mail, et je commence à préparer mes cours suivants.

Il me reste pas mal de temps libre en fait. Et plus encore lorsque je serai rodé. Alors j'ai un petit projet en préparation... Pas moyen que je reste à rien faire de mes après-midi.
C'est encore embryonnaire, mais c'est intéressant, et si ça marche, je pourrai même améliorer un peu mon ordinaire.
Bientôt plus de détails...

mercredi 21 mai 2008

Premiers pas

Voilà, hier, j'ai fait ma rentrée des classes.

Les premières impressions sont tumultueuses. D'abord, fidèles à leur habitude thaï du "dernier moment", les profs et l'administration n'étaient pas vraiment prêts. Je ne savais donc pas précisément ce que j'allais enseigner ni quand.
J'ai donc été pas vraiment convainquant en ces premières heures. L'improvisation devant des petits, ça marche quand on a de la bouteille. Pour ma part, il faut plutôt arrivé "blindé" d'idées.
Hier, j'en ai "perdu" pas mal en route: 3 qui roupillent, 5 qui regardent ailleurs et 2 qui me lancent un regard désespéré d'ennui.

Les idées, je les ai extraites au forceps de mon petit crane le soir même (après mes courses de rentrée). Pas facile pour le moment... Mais ça a quand même marché. La différence était nette aujourd'hui. J'ai trouvé des idées marrantes (coller des post-it "bouche", "bras", "nez" sur le copain-cobaye leur a drolement plu, surtout une fois qu'ils commençaient à ressembler à des sapins de Noël). Bref, j'ai fait mes devoirs et j'ai progressé.
Ce n'est pas encore gagné cependant. La barrière de la langue est encore très haute et rend toute explication fort difficile.

En plus des "grade 1", j'ai une classe de "grade 3" en sciences et je vais peut être échanger pour faire 2 heures d'Art avec des "Grade 4". Et la différence est nette. Ils commencent à pouvoir réellement communiquer en anglais à cet age là, et tout est vraiment différent.

Pour le moment, je vais m'arrêter là, j'attends d'accumuler un peu plus (et peut être quelques photos) pour vous raconter tout ça.

A plus!!!!


(P.S.: Je suis "accessoirement" allé 3 jours sur l'île de Koh Samed, avec Nico, Marjorie, Nuch et plein d'autres amis, vous pouvez aller voir les photos de la mer turquoise, mais surtout des soirées animée ici.... Et pour info, Nico a quelques "blancs" à propos du deuxème soir. Lol!)

vendredi 16 mai 2008

La rentrée appoche

Aujourd'hui j'ai enfin découvert "mon" école.

Je vais donc enseigner à l'Ecole Primaire Wat Benchama Borphit.
Ceux qui ont déjà visité Bangkok reconnaitront le nom d'un des temples célèbres de la ville. Ici, les écoles sont très souvent nommées d'après le temple le plus proche. Le rapport à la religion s'arrête là, l'enseignement est profondément laïc.

L'école a l'architecture "typique" des écoles Thaï. Un batiment en "U" de 4 étages. Les classes, en "périphérie" donnent sur la coursive qui est directement ouverte sur la cour et ses grands arbres, qui apportent ombre et fraîcheur à l'ensemble.
Le bâtiment a été rénové pendant les vacances, c'est assez réussi comme vous pouvez le voir sur les photos. Peinture fraîche, blanc, vert anis et des parements en bois... Malheureusement, ce n'est pas fini. Les travaux on pris du retard et la grande question est "seront-ils finis pour la rentrée" (c'est drôle, ça me rappelle chez nous).

Autre bonne nouvelle, c'est que les classes sont climatisées, ce qui n'est pas vrai pour toutes les écoles. Etant donné qu'on attend des professeurs une certaine "élégance" dans leur tenue, ça m'évitera de me liquéfier dans ma chemise.

On m'a attribué les "grade 1", en gros les tout petits (6-7 ans), à qui j'enseignerai les sciences et les mathématiques (le tout en anglais, je vous rappelle).
En termes d'horaires, tout se passera le matin et éventuellement en tout début d'après midi (au plus tard à 15h30). Ca me laisse donc l'après midi, dans un premier temps pour préparer mes cours, et dans un deuxième temps, quand je serai un peu plus rodé, trouver d'autres activités, si possible lucratives ;-)

Ce week-end, je vais donc potasser le programme, et notamment les premiers cours que j'aurai à donner.
Je ferai ça sur la plage... en effet, on profite du lundi férié pour faire un "déplacement groupé" à Koh Samed. Au menu, plage, bière, jungle speed et fruits de mer.
Dur!

Ceci dit, j'avoue, j'ai un peu le trac...

mercredi 14 mai 2008

Un peu d'auto-satisfaction

Quelque part entre hier et aujourd'hui, le 2000ème visiteur est passé sur ce blog.

Merci à tous pour vos messages, vos visites et vos encouragements. C'est pour cela que je continue à m'évertuer à vous narrer mes expériences, mes observations et mes découvertes.

S'il vous plait, continuez, et n'hésitez pas à me poser des questions. Essayons de rendre ce blog encore plus interactif.
Que voulez-vous savoir???

lundi 12 mai 2008

Les "Ladyboy" de thaïlande

Il y a une particularité de la Thaïlande que je n'ai pas encore évoquée, et pourtant, tout visiteur aura rapidement été frappé par l'apparente "abondance" de travestis. Julien et Christelle, par exemple, lors de leur visite le mois dernier, s'en sont étonnés, d'autant plus que dans certains cas le "résultat" n'est pas très très flatteur.
C'est un fait, les "travestis" sont très visibles ici. Et j'ai creusé un peu la question, pressentant que la réponse et les explications seraient un peu plus compliquées que "les Thaï, c'est tous des travelos" (je m'excuse pour ce langage, c'est un relent de San Antonio).
Ce que j'écris ici est le résultat de mes propres observations et d'un peu de recherches sur internet et à la librairie.

En premier lieu, il faut savoir que le terme utilisé en Thaïlande est "Kathoey" ou "Ladyboy". Il suggère donc que ce sont des hommes qui, a des degrés divers, s'habillent ou se comportent de façon féminine. Cela va de ce qu'on pourrait appeler "efféminé" à la transsexualité (prise d'hormones, interventions chirurgicales).
Les "ladyboy" occupent généralement des postes "féminins", souvent au contact du client, comme dans des bars, restaurants, salons de beautés. D'autres travaillent comme danseuses dans les cabarets.
Certains ladyboy sont même célèbres (comme Nong Tum, en photo à droite, championne de Boxe Thaï), et plus pour leurs réussites que pour leur statut.

Ainsi, au contact des Thaï, on se rend compte que ce n'est pas quelque chose de choquant pour eux. Les "ladyboy" se croisent dans la rue, vous servent le café, ont accès aux hormones sans ordonnance (!!) et trouvent des chirurgiens sur petites annonces (voir photo de gauche)
C'est donc une des raisons de cette "présence importante". Il est bien plus facile de s'afficher ainsi ici que chez nous, et les Thaï ne blâmeront pas les Kathoey, tout au plus compatiront-ils.

La raison principale de cette tolérance semble liée au Bouddhisme.
Même si le terme Kathoey est légèrement péjoratif, les Thaï sont élevés dans l'idée de la politesse, du respect de l'autre et des différences, suivant la tradition Bouddhiste Thaï (ce n'est pas valable pour toutes les "écoles" du Bouddhisme).
Le bouddhisme, dans les écrits, ne régule pas la vie sexuelle des croyants… Seules 2 prescriptions sont formellement édictées: l'interdiction de l'adultère et l'abstinence pour les moines. Les autres "cas" ne sont pas traités.

Attention, j'en profite pour préciser que cette tolérance ne s'applique pas à ce qui est considéré comme impudique. Montrer son orientation sexuelle par la façon de s'habiller ou de parler n'est pas impudique... embrasser sa fiancée sur la bouche, même subrepticement, l'est, car c'est faire dépasser la sphère privée dans la sphère publique.
Réfléchissez-y quelques instants, et vous verrez que la logique se tient au moins autant que la notre...

Mais ce genre de choses ne se voit qu'ici, même pas dans les pays limitrophes....
Alors pourquoi simplement la Thaïlande?

La raison est probablement historique. La Thaïlande est un des seuls pays (bouddhiste) d'Asie à n'avoir pas subi d'influence occidentale forte jusqu'à récemment. Les pays voisins furent colonies françaises ou britanniques, et par conséquent ont intégré dans leurs lois la prohibition de l'homosexualité alors en vigueur en Europe.
D'autres, sans être complètement colonisés, ont cherché à "copier" les codes légaux européens, dans un souci de modernisme.
AU contraire, la Thaïlande a justement toujours cherché à s'affranchir d'une telle influence. Seule une loi proscrivant la sodomie a été édictée au début du 20eme siècle, afin de donner l'apparence de conformité avec les normes de l'ère Victorienne, mais elle ne fut jamais appliquée et disparut dans les années 50.

Ainsi, la Thaïlande apparaît comme un "paradis" pour les transsexuels et homosexuels. La réalité est à nuancer. Ne vous méprenez pas, bien que beaucoup plus acceptés qu'ailleurs (et de loin), il reste de nombreux points discriminants à leur encontre. Ils n'ont pour le moment pas légalement le droit de changer d'état civil, même après une opération, et, par exemple, en cas de condamnation pour crime seront envoyés dans des prisons masculines... On imagine bien les problèmes posés.
Cependant, des discussions seraient en cours pour modifier la législation, on parle même d'un "troisième sexe" sur les passeports.

Tout cela étant dit, on comprend l’attirance exercée par ce "havre de tolérance"...

Ainsi, si l'on voit tant de ladyboy, c'est donc d'abord parce qu'ils n'ont pas à se cacher... mais c'est aussi parce que beaucoup émigrent ici des pays voisin (Cambodge, Singapour, où la loi punissant l'homosexualité par de la prison ferme existe toujours) voire de l'occident, afin de vivre plus librement.

La Thaïlande est régulièrement considérée comme un pays de dépravation, où règne l'anarchie du tourisme sexuel et l'horreur de la prostitution enfantine.
C'est plus que réducteur, c'est faux... Mais ça arrange beaucoup d'oublier que ces travers sont dus à l'exploitation de l'esprit de tolérance thaï par les visiteurs étrangers.

Pour finir, quelques petits rappels: la prostitution de masse dans des villes comme Pattaya a été mise en place par l'armée américaine pour "détendre" leurs troupes basées là-bas durant la guerre du Viet-Nam. Quant aux clients de ce genres de services, ils ne sont locaux que dans des cas très rares, l'énorme majorité étant occidentale, japonaise ou coréenne.

C'est jamais bon d'être trop gentil.

Rien vu, rien entendu.

Je cite Le Monde d'aujourd'hui:

"Un tremblement de terre d'une magnitude de 7,5 sur l'échelle de Richter s'est produit, lundi 12 mai, à 6 h 28 GMT (8 h 28, heure de Paris), dans la province chinoise du Sichuan, dans le sud-ouest de la Chine, rapporte l'institut américain de veille géologique, l'USGS. Selon cette source, l'épicentre du séisme a été localisé à 93 kilomètres de Chengdu, la capitale du Sichuan, à une profondeur de 10 kilomètres.

Le secousse a été ressentie à Pékin et Shanghaï, où des bâtiments gouvernementaux ont été ébranlés, et jusque sur l'île de Taïwan ainsi que dans la capitale thaïlandaise, Bangkok, située à 3300 kilomètres de l'épicentre, et où des immeubles ont tremblé plusieurs minutes après la secousse."

D'abord Chengdu n'est pas du tout au Sud Ouest de la Chine c'est dans le centre... c'est à dire au Sud Ouest de Pekin... (Encore un super journaliste qui n'a pas 2 minutes à passer sur internet pour vérifier où se trouve Chengdu... Quel beau métier!)
Ensuite, il semble que la plupart des gens qui ont "ressenti" la secousse ici à Bangkok s'en sont aperçu après coup (sic), en l'entendant par des collègues ou à la télé.

"Haaaa! Je pensais que c'était la porte des toilettes qui avait claqué, mais c'était en fait le séisme! Rhoo, c'était super fort, maintenant je m'en souviens! "

Psychologie quand tu nous tiens...

Perso, j'ai rien senti.
Nuch, qui travaille dans un des plus hauts immeubles de Bangkok (en théorie là où les secousses sont amplifiées et donc plus sensibles) n'a rien ressenti non plus.

Autant vous dire qu'il n'y a aucun dégat matériel enregistré ici. A part un vase cassé par le petit Nicolas, bien content cette fois-ci de ne pas avoir à accuser Maurice.

mercredi 7 mai 2008

Jours Fériés en Thaïlande

Voilà une liste des jours fériés en Thaïlande.

Les dates sont valables pour 2008. Une petite étoile (*) signale que la date change chaque année en fonction du calendrier lunaire.
A noter que si un jour férié tombe un dimanche, il est "décalé" au lundi suivant... Comme pour les banques chez nous.
Cool!

Jour férié, cic signifie principalement que bureaux, banques, écoles et administrations sont fermées... Mais les grands centres commerciaux, les restaurants et les épiceries restent ouvertes. Pas d'effet "ville morte"...
On remarquera aussi que le moi de Mai est aussi très férié ici, même si les occasions sont différentes...

Janvier:

  • 1er janvier: Nouvel An
Février:
  • 21 février*: Wan Makha Bucha. Célèbre le premier sermon de Bouddha à ses disciples
Avril:
  • 13-15 Avril (et du 12 au 17 dans certaines régions). Le Nouvel an Thaï: Songkran. Le rituel de purification collective est progressivement devenu une bataille d'eau nationale (c.f. post du 16/04/08)

Mai:
  • 1er mai: Journée Internationale du Travail (à noter qu'elle ne donne lieu ici à aucune festivité particulière)
  • 5 mai: Jour du Couronnement. Célèbre le couronnement de l'actuel Roi (05/05/1949)
  • 19 mai*: Wan Vaisakh Bucha. La principale fête Bouddhiste, célèbre la naissance, l'illumination et l'entrée au Nirvana de Bouddha.
Juillet:
  • 18 juillet*: Carême Bouddhiste
Aout:
  • 12 aout: Fête des Mères, célébrée à l'occasion de l'anniversaire de la Reine.
Octobre:
  • 23 octobre: Journée du roi Chulalongkorn. Célèbre la naissance d'un des rois les plus respectés de la dynastie actuelle: Chulalongkorn (aussi nommé Rama V)
Novembre:
  • 13 Novembre*: Loy Kratong, la "Fête des Lumières". Célèbre la fin de la saison des pluies. Les Thai rendent hommage à la "Déesse des eaux" en déposant des milliers de petits radeaux fleuris éclairés par une bougie dans les cours d'eaux du royaume et en particulier sur la Chao Praya.
Décembre:
  • 5 décembre: Fête des pères, célébré à l'occasion de l'anniversaire du Roi.
  • 10 décembre: Journée de la Constitution. Célèbre le passage à la monarchie constitutionnelle en 1932
  • 31 décembre: Réveillon du nouvel an

mardi 6 mai 2008

Un Cyclone en Birmanie... et la Thaïlande?

A la vue des images terribles de destruction engendrée par le Cyclone Nargis qui a touché la Birmanie lundi, plusieurs personnes se sont inquiétées de savoir si la Thaïlande a été touchée et si ce genre de chose pouvait m'arriver à Bangkok.

Je fais donc un petit post rapide pour rassurer tout le monde.
La Thaïlande est située entre deux zones de formation d'orages tropicaux. La zone des Cyclones, à l'ouest (l'océan Indien) et la zones des Typhons, à l'est (la mer de Chine méridionale). Cyclones, Typhons et Ouragans (en Amérique) sont le même phénomène, dans des zones géographiques différentes.

Comme le montre le plan ci-joint (historique des tempêtes tropicales et de leur intensité), la Thaïlande, et notamment Bangkok, sont étonnament épargnés. La raison est qu'entre la zone de formation des tempêtes et la Thaïlande se trouve d'un côté la Birmanie, de l'autre le Vietnam et le Cambodge qui font (tampon).
Les derniers évènements cycloniques ont ici eu un impact limité, en général dans le nord et plutôt lié à l'abondance des pluies qu'à la force des vents.

En y regardant de plus près, il semble qu'il soit bien plus sûr (en tout cas pour les cyclones) d'habiter à Bangkok que dans des villes comme Shanghaï, Miami, Pointe-à-Pitre ou Tokyo...

Dans le cas précis de la Birmanie, vous remarquerez qu'elle est loin d'être dans une zone aussi active que les Philippines ou le Japon... Mais la Birmanie est pauvre, rongée par une dictature et les abris de fortune faits de tôle et de planches ne peuvent protéger les habitants.
Le moindre coup de vent provoque une catastrophe humanitaire.
Peu d'ONG sont sur place et la communication semble très difficile.
Il y a entre autres des équipes de Médecins du Monde et de la Croix Rouge.
Pour les aider, ou s'informer:
http://www.medecinsdumonde.org
http://www.croix-rouge.fr

Le Laos, une escale dans le passé

A la faveur de 2 jours fériés plutôt bien placés, nous avons passé, Nuch et moi, 5 jours au Laos, le "petit frère" de la Thaïlande.

D'abord, resituons un peu...

Le Laos:

Le Laos est situé au Nord-Est de la Thaïlande. Sans accès direct à la mer, il est coincé entre la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam, la Birmanie et la Chine.
C'est un petit pays, à l'origine intégré au royaume du Siam, puis rattaché à l'Indochine coloniale française (qui cherchait à créer un "tampon" entre la Thaïlande et le Vietnam) et qui est devenu république populaire démocratique (i.e. communiste) en 1973.
A cette époque, la piste "Ho Chi Minh" qui alimente l'effort de guerre des Vietcong passe par le Laos, et les américains déverseront sur le Nord du pays pas moins de 1,9 millions de tonnes de bombes (par comparaison, l'ensemble des bombardements des deux camps de la deuxième guerre mondiale représenterait 2,2 millions de tonnes...).
Aujourd'hui encore, cette région du Laos reste un immense champ de mines, près de 3 personnes meurent chaque jour en marchant sur l'une des mines déposées par les fameuses "bombes à fragmentation".

Cet apparté historique est très important pour comprendre le Laos d'aujourd'hui: sans fleuve ou mer praticable (le Mékong est peu navigable), et empêtré dans la "logique" communiste, le Laos est resté bloqué dans les années 50. Très peu de routes, pas de chemin de fer, une industrie inexistante et une agriculture loin d'être révolutionnée...
C'est cependant ce qui fait tout le charme de ce pays. Le coté désuet et la nonchalance constante des Laotiens. Venir au Laos, c'est l'occasion de se plonger dans la campagne sud asiatique en évitant les hordes de touristes.
Culturellement, le Laos est très proche de la Thaïlande. L'alphabet tout comme la langue ne comportent que des différences mineures qui permettent aux deux peuples de communiquer sans trop de problème. La présence de Nuch nous a permis de passer du temps à discuter avec les gens que nous rencontrions en route.
L'architecture, la musique et la nourriture sont aussi très difficilement différenciables de la culture Thaï, plus particulièrement de la région "Isaan"...
Cependant, une particularité historique rend la visite assez amusante pour les Français. Malgré le statut d'autonomie en 1946 et le passage au communisme en 73, l'empreinte française est encore très visible.
Voilà quelques exemples:

  • Les rues et batiments officiels sont tous indiqués en Laotien et en Français
  • Une des seules "spécialités" culinaires qui ne se trouve qu'au Laos (et pas en Thailande ou au Vietnam) est le... "sandwich-baguette". De la vraie baguette qui croustille, avec, au choix: du paté, ou alors jambon fromage (le seul fromage avec du goût que j'ai mangé depuis un bout de temps...)... voire même de la vraie Vache Qui Rit!!!
  • Le café, produit local, est bon (ceux qui voyangent comprendront que c'est rare et précieux, et ne peut être que le résultat de l'influence bénéfique de la France... haha!)
  • A Vientiane, on trouve dans certains bars du Pastis ET du Ricard... au choix.
  • Et pour couronner le tout, on a croisé une 2CV...
En résumé, le Laos est une sorte de retour dans le temps, un pays où l'on croise encore des enfants qui s'amusent avec un cerceau et un baton, où les écoliers vont au champ les jours de relâche et une autoroute a deux voies et du bitume.
N'y voyez pas de nostalgie de ma part, mais plutôt l'intérêt de découvrir une ambiance propre à une époque que je n'ai pas connue.

Vientiane:

Après preques 9 heures de Bus de nuit (et environ 72 tentatives de positionnement "sommeil" infructueuses), nous arrivons à la frontière entre la Thaïlande et le Laos. A cet endroit, le Mékong sert de frontière.
La capitale n'est qu'à deux pas de là, et nous arrivons vite au centre. Qui est d'ailleurs proche, très proche de la périphérie... Vientiane est une captiale minuscule comparées aux tentaculaires mégapoles des pays voisins... Elle compte seulement 200 000 habitants, et il est très facile de la parcourir à pied.
Après avoir déposé nos bagages dans une "guesthouse" sympathique, nous partons explorer la ville en compagnie de Scott, un américain vivant en Thaïlande, venu pour renouveler son visa mais coincé sur place par les jours fériés.
Vientiane, c'est une petite sous-préfecture de province. Quelques "grands axes" un peu déserts, un centre-ville d'environ 500m de long et une ambiance relaxante (je vous préviens, ce mot reviendra souvent).
Outre quelques très beaux temples, la capitale s'ennorgueillit d'un monument assez original: la version laotienne de notre Arc de Triomphe. Délibérément inspiré de "l'original" (c.f. photos), avec la touche locale qui le rend inimitable, le monument trône fièrement au milieu de l'avenue principale de Vientiane.
Un peu fatigués par notre voyage de nuit, nous terminons les visites assez tôt et, après un délicieux poisson grillé au bord du fleuve, nous allons récuperer les heures de sommeil manquante, car le lendemain, nous partons pour Vang Vieng.



Vang Vieng:

Situé à mi-chemin sur le "grand axe routier" entre Vientiane et Luang Prabang (une des principales villes du Laos), Vang Vieng n'est qu'à 200km de la capitale, et pourtant, il faut environ 4 heures au bus pour atteindre la petite ville.
A l'origine simple escale avant Luang Prabang, c'est devenu une (petite) destination touristque. La ville ne paye pas de mine, elle doit difficilement dépasser le millier d'habitants (ce qui au Laos, s'avère être pas si mal). Mais les environs sont splendides: rizières, jungle, collines abruptes et rivières tranquilles.
Finalement, l'étape transitoire deviendra la destination principale du voyage, Luang Prabang paraissant bien trop loin tout d'un coup, et la douce nonchalance des lieux n'incite pas vraiment à se lancer dans des heures supplémentaires de bus.

Nous allons donc passer 3 jours sur place à profiter du climat plus doux et des activités très "nature" qui s'offrent à nous: vélo dans les rizières, ballade dans la jungle, exploration de grottes et petite bière au bord du fleuve.

Je ne saurai que conseiller aux visiteurs de la Thaïlande de faire un détour par le Laos. Encore assez épargné par le tourisme, le pays a un caractère authentique vraiment charmant.
Et les habitants, même s'ils ne roulent pas sur l'or, savent communiquer leur joie de vivre et leur esprit détendu.

Les 9 heures de bus dans l'autre sens ont paru longues, très longues.. Mais cette fois-ci, je n'ai pas essayé de dormir. Un bon livre et quelques épisodes de "Desperate Housewives" (vive le iPod!) ont fait passer la pilule sans trop de mal.

Les photos sont ici: flickr