jeudi 24 avril 2008

La Thailande, une histoire de visas...

Nombreux sont les "occidentaux" qui cherchent a rester quelques mois en Thaïlande, soit pour profiter un peu plus longtemps du pays, soit carrément pour essayer d'y vivre, au moins un certain temps.

Le plus gros problème qu'ils rencontrent n'est pas la barrière de la langue, ni le coût de la vie (loin s'en faut), mais simplement leur situation vis à vis de l'immigration.

Les lois sur l'immigration changent tout le temps et dépendent de beaucoup de facteurs. Je parlerais ici pour le cas des Français en prenant mon propre exemple. Ca peut servir, et, en plus, il semble que j'ai plutôt bien géré cela jusqu'à présent.

Rentrer sur le territoire Thailandais se fait simplement muni d'un passeport. Le passage à la douane donne le droit à 30 jours dans le pays. Pas mal de gens font alors des "visa-run" vers les pays limitrophes pour obtenir de nouveau le tampon et les 30 jours. Mais la règle indique que l'on ne peut pas faire cela plus de 3 fois (donc rester plus de 90 jours) sur une période de 6 mois.
Ce n'est donc pas la meilleure option si on veut rester plus longtemps.

Il existe le visa touriste. Il s'obtient à toute ambassade de Thailande (donc hors du pays) en général en 2 jours pour environ 40€. A l'entrée dans le pays, il donne droit d'emblée à 60 jours, puis un passage au bureau de l'immigration de Bangkok permet de rallonger de 30 jours moyennant 20€.
Si je ne dis pas de bêtises, on ne peut obtenir un tel visa qu'une fois tous les 6 mois... Donc encore une fois, le compte n'y est pas. Mais si, à l'obtention du visa on ajoute 15€ pour avoir la version "double entrée", on s'en sort.
C'est ce que j'ai fait (un peu sans le savoir d'ailleurs, je pensais que la "double entrée" permettait juste de faire une sortie du pays sans "perdre" le visa). En fait, lors de la deuxième entrée, ce sont de nouveau 60 jours extensibles à 90 qui sont donnés... Et ce tout à fait gratuitement et simplement. Si vous comptez bien: 90+90 jours = 6 mois, le compte y est.

Le visa touriste ne permet pas d'exercer une activité professionnelle en Thaïlande. Mais comme toute loi mal faite, elle est constamment contournée: l'obtention du permis de travail et du visa qui correspond se fait sur place et prend beaucoup de temps.
Pas mal renoncent ou, tout du moins, ont besoin de faire un visa-run au moins une fois avant que toute la paperasse soit terminée. C'est mon cas.

Heureusement, il existe des spécialistes de ce genre de questions. 2 agences ont pignon sur rue à Bangkok. Jack's Golf (http://www.jackgolf.com/en/visa_run) et Thai Visa Run (http://www.thaivisarun.com). Ils connaissent sur le bout des doigts les lois en vigueur, les formulaires à remplir et sont de précieux conseils sur la meilleure solution qui s'offre à vous. Ils organisent des visa-run quotidiens, aux destinations variées suivant le type de visa ou de renouvellement que vous effectuez.
Je ne saurai que conseiller de faire appel à leur service... Au moins pour avoir leur avis, qui est gratuit.

Aujourd'hui, j'ai donc fait un "petit" tour en bus jusqu'au Cambodge. Avec Thai Visa Run. Pour 40€, j'ai eu le droit au package complet: 8 heures de bus (heureusement surprenamment confortable), 3 films pour s'occuper, 30 minutes à la douane en Thailande, 30 minutes à la douane au Cambodge.
Emballez, c'est pesé, parti à 9h30 ce matin, j'étais à la maison à 18h30... Avec un beau tampon tout neuf qui me laisse le temps d'obtenir le permis de travail. Ouf!

Quant à la partie touristique, c'est très limité.

Ici, la frontière coté Thaï:
Oooooooooooh!

Là, du côté du Cambodge:
Aaaaaaah!

Au passage, un nouveau visa dans mon passeport, qui commence à ressembler à un arbre de noël. Visiter le Cambodge nécessite un visa, mais il peut être obtenu à la douane, pour 20$ (en l'occurence compris dans la prestation de mon "spécialiste visa").

Mais je retournerai au Cambodge, promis! Angkor Wat, le temple de la jungle est à portée de main... mais en attendant, c'est un week-end du muguet au Laos qui semble se profiler.

6 commentaires:

Olivier de Montréal a dit…

Il y a un peu le même principe au Canada. On va aux États-Unis et on revient. Mais ici, on dit qu'on va "faire le tour du poteau". :)

Anonyme a dit…

Bonjour!

donc si je comprends bien, le fait de prendre un visa double entrée permets de rester 60 + 30 jours, et ce visa sera renouvelé à nouveau de 60 + 30 jours lors d'un visa run? Comment cela se passe-t-il après 6 mois? Est-il possible de rentrer en France et de redemander à nouveau un visa double entrée?

J'imagine que cela doit être fatigant mais si cel apeut permettre de rester toute l'année en Thailande.

Pouvez-vous affirmer/infirmer mes propos?

Merci beaucoup et felicitations pour votre blog il est pour moi une grosse ressource d'informations sur la Thailande :)

Jean-Yves a dit…

VOus avez bien compris.
Il est même possible de faire faire le second visa double entrée au Laos (à Vientiane). Les spécialistes de Thaivisa restent cependant les plus à même de vous conseiller.
Un de mes amis anglais, même s'il travaille ici, a choisi de rester en visa touriste (histoire de ne pas payer de taxes). C'est, à mon avis beaucoup d'aller-retours pour pas beaucoup d'argent gagné... mais toujours est-il qu'il rentrera en angleterre pour la première fois depuis... 3 ans en avril prochain. Donc ca marche.

Anonyme a dit…

wow genial "you made my day" :)

Je viens en Thailande en avril chercher un travail dans l'IT (j evous avais envoyé un e-mail il y a quelques mois) et j'avais peur d'etre oblige de ne rester que 3 mois tous les 6 mois. Super!

Mais cela n'attire-t-il pas les soupcons? Cette methode est-elle courante?

Merci Beaucoup!!

Cyrille.

Jean-Yves a dit…

Ils ont plus que des soupçons... mais tant que la règle est respectée...

Chaque jour, 2-3 bus de visa-run quittent Bangkok. Ca en fait du monde à l'échelle d'une année.

Bon courage pour votre installation. Trouver un boulot ici demande un bon petit réseau de connaissances (et donc du temps)

Cyrille a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.